Magazines jeunesse

Publié le par Angélique

 

La bataille des contenus

 

 

Sur le marché de la presse jeunesse, caractérisé par une forte augmentation (les centres d’intérêt sont communs mais les traitements et contenus adaptés aux âges), la concurrence bat son plein.

 

 

        Selon une étude de la BVA , réalisé en février 2004 auprès de 504 jeunes, la télévision est le premier mode d’information, juste devant internet (17%) et la radio (13%). La presse écrite n’est cité que par 1% des sondés. Il y a bien une raison. En effet, selon le rédacteur en chef du bimensuel Le Monde des ados :

 

« La presse généraliste est trop chère. Qui plus est, le contenu n’est pas adapté à cette tranche d’âge ».

 

        Un fort développement de la presse spécifique dédiée à la jeunesse est a constater. En 2005, la France comptait en moyenne 87 titres pour 12 millions de lecteurs de 6 mois à 25 ans. La cible la plus convoitée étant celle des 11-18 ans.

 

        Tous les titres présentent un positionnement différent mais ils ont en commun la même approche : proposer des angles et des clés de lecture spécifiques, tels que des dictionnaires ou des repères chronologiques, sur des problématiques générationnelles comme l’amitié, l’amour, l’argent de poche….

 

        Mais cette surabondance de titre tend à accroître la fragmentation du lectorat. La visibilité en kiosque est de plus en plus périlleuse.

 

 

        La baisse du volume publicitaire est sensible : en 2005, la presse adolescente a enregistré un total de 1518 pages publicitaires soit une baisse de 24% par rapport à 2004. Néanmoins, c’est mieux que la presse gastronomique (872 pages), mais très loin de la presse féminine (27633).

Source : CB NEWS, n°875 du 17 avril 2006

Publié dans Presse

Commenter cet article

Karine 28/01/2007 18:40

effectivement, rien à dire...