Conso : le nouveau visage de l’enfant roi

Publié le par Diana

Conso : le nouveau visage de l’enfant roi

 

 

        L’enfant a un pouvoir qui varie selon qu’il vive dans une famille monoparentale ou non, selon qu’il soit enfant unique ou non. Son point de vue peut avoir de l’influence sur l’achat du simple paquet de biscuit au prochain voyage en famille.

 

 

        74% des enfants sont issus d’une famille traditionnelle, 11% d’une famille monoparentale et 6% d’une famille recomposée.

 

 

        C’est l’étude Consojunior 2006, publié par TNS Media Intelligence qui s’est intéressé pour la première fois aux différences de comportements que pouvaient avoir les enfants selon leur appartenance à l’un des modèles cités.

 

 

=>  Famille traditionnelle 

 

 

          L’enfant a un fort pouvoir de décision en matière de consommation. 93% d’entres eux choisissent leurs vêtements et 61% interviennent dans le choix des produits alimentaires. Ce phénomène s’explique par le fait que de nos jours, les membres de la famille se croisent plus qu’il ne vivent ensemble. Il n’y a que le repas du soir qui est commun c’est pourquoi les parents préfèrent faire une concession en accordant la pizza réclamée par leurs rejetons.

 

 

=> Famille monoparentale et recomposée

 

 

        Ici les enfants comptent autant voire plus et sont plus impliqués dans la consommation. Ils recoivent plus d’argent de poche (environ 34 euros par mois contre 27% chez les jeunes de familles traditionnelles). L’enfant choisit souvent seul ce qu’il consomme surtout en matière de produits de consommation courante comme les vêtements où l’enfant fait bien souvent ses achats tout seul.

 

 

        La différence entre les familles monoparentales recomposées est que les relations sont plus conflictuelles dans la famille recomposée. En famille monoparentale en revanche, le parent cherche le plus souvent à éviter les points de divergeances c’est pourquoi il y a plus de concertation. De cette façon la mère (dans la plus part des cas) peut avoir « sa paix ».

 

 

Source : www.lentreprise.com, en ligne le 29/03/2006

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article